Le comte de Chambord et sa mission
search
  • Le comte de Chambord et sa mission

Le comte de Chambord et sa mission

25,00 €
TTC
Quantité

Sous la direction de Benoît Courtin et Philippe Montillet.

« Sachons reconnaître que l'abandon des principes est la vraie cause de nos désastres. Une nation chrétienne ne peut impunément déchirer les pages séculaires de son histoire, rompre la chaîne de ses traditions, inscrire en tête de sa constitution la négation des droits de Dieu, bannir toute pensée religieuse de ses codes et de son enseignement public. Dans ces conditions, elle ne fera jamais qu'une halte dans le désordre, elle oscillera perpétuellement entre le césarisme et l'anarchie, ces deux formes également honteuses des décadences païennes. » Déclaration du 7 mai 1871

   Personnalité emblématique d’un XIXe siècle tourmenté, le comte de Chambord, « Enfant du miracle », n’a jamais régné mais son magistère intellectuel demeure bien réel et son combat social toujours d’actualité. Il fut un repère moral pour ses partisans, autant que pour ses adversaires républicains et orléanistes, se heurtant sans cesse au principe qu’il s’efforça d’incarner : « Ma personne n’est rien ; mon principe est tout ». Et s’il est vrai que l’essence doit s’actualiser dans l’existence, le prince de Bourbon parvint à maintenir la royauté traditionnelle présente à l’esprit de tous, en particulier parmi les couches populaires, renouant ainsi avec la vieille alliance de la royauté et du tiers-état, du trône et du peuple.
  
Seize auteurs présentent le fruit de leurs travaux dont plusieurs inédits menés autour de la personnalité, de la pensée et de l’action du Prince. Entre le bicentenaire de sa naissance (29 septembre 1820) et le 140e anniversaire de sa mort (24 août 1883), ce livre qui puise aux sources les plus récentes de la recherche fixe pour plusieurs décennies une étape décisive dans l’historiographie du comte de Chambord.

   Philippe Montillet, juriste et historien, administrateur de l’Institut de la Maison de Bourbon, a dirigé en établissements publics et parapublics de nombreux travaux de recherche et d’étude. Éditeur de revues historiques, il a contribué à l’organisation de plusieurs expositions.
   Diplômé de Sciences Po, Benoît Courtin a assuré la gestion des ressources humaines et la direction d'établissements sociaux. Aujourd’hui président de l'association culturelle bretonne Cercle Jean-Pierre Calloc'h, il anime des travaux historiques et de réflexion sur la société contemporaine.
  
Contributions de : Mgr Louis de Bourbon, duc d'Anjou ; Benoît Courtin ; Michel David ; Patrick Guibal ; Antonin Macé de Lépinay ; Korantin Denis ; Jean-Paul Clément ; Rémy Hême de Lacotte ; Père Augustin Pic ; Philippe Pichot-Bravard ; Franck Bouscau ; Mathias Martin ; Patrick Delon ; Benoît d'Audiffret ; Yves Tillard ; Marie-Pauline Deswarte ; Guillaume Bernard .

Dans la presse

Le Figaro, jeudi 5 janvier 2023

Si Henri V avait régné.  Collectif.
Des juristes se penchent sur la personnalité, les relations, le programme politique et social du comte de Chambord.

    Le dernier héritier de la maison de Bourbon n'a pas bonne presse. En se convertissant au catholicisme, son glorieux aïeul, Henri IV, avait fondé la dynastie sur un principe « réaliste » : « Paris vaut bien une messe ».
    Celui qui devait régner sous le nom d'Henri V en 1873 a renoncé au drapeau tricolore (et par là même au trône) en affichant un principe flamboyant (et fort peu réaliste) : « Ma personne n'est rien, mon principe est tout ». Moyennant quoi, il a mis définitivement fin aux espoirs de restauration monarchique, alors que l'Assemblée élue en 1871 était majoritairement royaliste. Mais on sait, depuis les travaux sur cette question du drapeau, que la position du comte de Chambord n’était pas aussi caricaturale que la légende a voulu le laisser croire.
    Cet attachement au drapeau de la Restauration (car il n'existait pas avant 1789 de drapeau officiel de la monarchie) avait un sens politique que décryptent les juristes de ce collectif consacré au dernier des Bourbons.

Original et dérangeant

    On y retrouve des études sur sa personnalité, sur ses relations, son lien avec la religion, son programme politique et social. C'est parfois un peu militant (ce travail se fait dans le cadre de cercles légitimistes), mais cela offre le mérite d'une réflexion parfois originale et même dérangeante. En 1865, le comte de Chambord avait publié une Lettre sur les ouvriers qui prévoyait des réformes que la République mettra près de trente ans à prendre, bien après l'empire de Bismarck ou la monarchie anglaise.  En aurait-il été autrement si Henri V avait régné ?
J.S.V.

978-2-37271-221-7
32 Produits

Fiche technique

Couverture
souple
Date de parution
novembre 2022
Dimensions
16 x 24 cm
Pages
298 pages, illustré